Hello Guillaume,

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Bonjour, je m’appelle Guillaume et je dessine les âmes des chats.

Quel a été ton parcours jusqu’à aujourd’hui ?

Après une école d’art sur Paris, j’ai travaillé dans des agences de publicité et de communication.Rapidement je me suis mis à mon compte car cela me permettait d’avoir plus de temps pour travailler sur mes propres projets en parallèle du travail.
En 2012 je dessine mon premier Châme. Le dessin est maladroit, mais plein d’émotion. Par la suite, je décide de me remettre au dessin plus sérieusement et à travailler plus en profondeur pour développer leur univers.

Qui sont ”Les châmes” ?

Les Châmes sont des âmes de chats qui vous veulent du bien.

Que souhaites-tu transmettre à travers eux et sur quels supports ?

Avec les Châmes, je mets en image l’invisible pour que l’on se rappelle qu’il existe peut-être d’autres mondes autour de nous que nos yeux ne peuvent pas voir.
Les Châmes racontent avec poésie que la vie après la vie est possible et qu’elle est belle.
Que tout cela soit réel ou pas n’a aucune importance. Ce qui importe c’est que cette façon de voir les choses puisse aider et faire du bien aux personnes qui ont envie d’y croire.

 

Sur les réseaux sociaux, je te vois te donner des challenges comme ”1 dessin par jour pendant 100 jours”, peux-tu nous parler de cette démarche et de ce que ça t’apporte de te donner ces objectifs ?

Mon objectif avec ces défis est de m’améliorer en dessin pour arriver à un niveau professionnel.
Me lancer des défis comme de poster un dessin par jour sur les réseaux m’oblige à dessiner tous les jours, et me permet de casser toutes les barrières mentales qui s’interposent sur le chemin.

Au quotidien, quoi que l’on fasse on avance millimètre par millimètre. L’évolution n’est pas toujours palpable.
Le fait de poster un dessin par jour me permet de mesurer mon évolution lorsque je compare la différence entre le premier et le dernier jour du défi.

Qu’est ce qui nourrit ta créativité et comment te viens l’inspiration ?

Je regarde le travail de beaucoup d’illustrateurs sur Instagram et Pinterest.
Généralement je fais en sorte de me connecter à mes émotions et de les utiliser pour retranscrire ce qui est en moi sur le papier. Les émotions et les pensées sont une source inépuisable pour nourrir l’inspiration.

C’est quoi pour toi le mini-wam (l’enfant intérieur) et quelle place a t-il dans ton processus créatif (si il en a une) ?
Je comprends que le concept de mini-wam puisse parler à un certain nombre de personnes, mais en ce qui me concerne je me concentre davantage sur le futur.

 

As-tu des astuces pour dépasser les moments de blocages créatifs, de flou ou de découragement et si oui lesquelles ?

Dans ces moments là, je me visualise dans le futur, lorsque je suis déjà un artiste et un auteur reconnu qui fait des expositions dans le monde entier et dont les livres sont distribués à l’internationale.
Lorsque la vision est claire, j’observe cette version future de moi. Je regarde comment elle pense, elle agit, elle parle…
Enfin, j’ai juste à calquer mes actions du moi actuel sur celles de mon moi futur pour retrouver mon flow de créativité et de productivité.

Peux-tu nous partager un (ou deux) de tes rituels préférés lié à ta pratique artistique  ?

Tous les matins je dessine environ une heure avant de me mettre au travail. Je peux faire du dessin anatomique ou reproduire des illustrations que j’apprécie. Le but est de m’échauffer et de faire retomber la pression de la petite voix qui se demande ce qu’elle va bien pouvoir créer aujourd’hui. Toutes les idées ne seront pas forcément bonnes, et je me dis toujours que ma plus grande idée est encore devant moi et qu’il faut continuer à travailler pour la découvrir.

As-tu des livres à recommander et qui t’ont inspiré sur les sujets qu’on viens d’évoquer (les animaux, les mondes invisibles ou la créativité ) ?

Pouvoir illimité de Anthony Robbins.
Je trouve que c’est un livre d’une incroyable lucidité sur la nature humaine.

Que nous prépares-tu de beau pour les mois qui suivent ?

Je me suis lancé dans un défi 365 jours pour l’année 2018.
Parallèlement à ça je publie environ une BD par mois sur mon blog.
Je travaille également sur un roman qui raconte l’histoire des Châmes dans le paradis des chats.
Je commence à réfléchir à ma prochaine exposition qui aura lieu dans un lieu encore tenu secret pour la fin de l’année 2018. Avec les beaux jours, je pense également à (re)faire du street-art et aller mettre des petits Châmes pleins de douceur dans les rues des villes 🙂

Tes illustrateurs préférés ?

Je suis absolument fou du travail de @kamweiatwork sur instagram
J’aime également beaucoup le travail minimaliste et poétique de Fernando Cobelo ou d’Agathe Sorlet

Une personne inspirante ?

Paul Paulsen, Vincent Leplat et Maxime Germain. Des amis auteurs / entrepreneurs dont j’admire profondément le travail, l’engagement et la démarche artistique. En tapant leur nom sur google vous les retrouverez très vite 🙂

Un film chéri ?

L’auberge Espagnole

Un mot, une phrase ou une citation pour terminer cette interview ?

Un Gif j’ai le droit ?

 


Pour retrouver l’univers des Châmes
Pour suivre sa page Facebook, c’est par >>>
Et son instagram est par ici

 

L’INTERVIEW CREATIVE SOUL DES CHÂMES

Laisser un commentaire