Est ce que toi aussi tu t’embarques dans une espèce d’urgence interne quand tu vois défiler la vie des autres sur les réseaux, les offres stylées qui surgissent sur les comptes de tes pairs, quand tu vois le temps défiler et que tu n’as avancé qu’un projet sur les 10 que tu as sur le feu, quand tu replonge dans les listes de choses à faire que tu as soigneusement rédiger en debut de semaine/mois/année ?

Moi ouais. Je pars en sucette parfois. C’est pas toujours intense. Parfois c’est plus vicieux et souterrain. J’ai l’impression qu ej ene vais pas avoir le temps de faire ci ou ça et ça me stresse. J’aimerais être une supra boss sous-entendu, gérer de ouf mon business en le faisant fleurir ET en créant de noueelles expériences excitantes, j’aimerais en même temps kiffer la vibe dans ma vie sociale et prendre le temps de quality time avec mon entourage, j’aimerais avoir en plus de tout ça du temps pour chiller, revasser, créer sans but.

Sauf que ben non, ça m’arrive de me stresser la nouille. Par contre, ce que je kiffe aujourd’hui c’est que j’arrive BEAUCOUP mieux à repérer le ptit oustiti qui se met à mouliner dans mon cerveau et qui a envie d’augmenter la cadence juste pour avoir l’impression de ne rien louper !

Je stoppe, je prends du recul, je respire et je priorise. je prends les outils que j’ai a dispo, mon agenda, mon carnet, mes feuilles A4. Je fais le point.

En tant qu’entrepreneure tmtc que c’est vital surtout quand ton biz se développe et que tu cumule les projets et les domaines d’activités variés. Tu as besoin de te recentrer sinon c’est la course en avant direction des objectifs qui ne sont même pas les tiens !

En ce moment, j’ai plusieurs opportunités qui surgissent et pour lesquels je doit investir de l’énergie si je veux que cela se fasse j’ai mes clientes, j’ai aussi mon album qui est bientôt terminé. Si je ne fais pas l’effort de me recentrer et d’être au clair sur ce qui est prioritaire ou pas, je risque de faire chauffer un peu trop le cerveau et d’être frustrée les moments où je ne pourrais pas bosser dessus.

Si je refais le calme intérieur, et que j’arrête d’écouter « les bruits du monde » comme le dit si bien @jcvd et ben je sais, qu eje suis sur la bonne track, qu’il n’y a pas d’urgence, que je ne vais rien louper. Que je construit brique par brique ce que je désire. Il ne tient qu’à moi de prendre se temps là pour rester focus.

Et toi c’est quand la dernière fois que tu as eu peur de louper quelquechose  ?

Photo Sonia Szostak

LA PEUR DE LOUPER QUELQUECHOSE

Laisser un commentaire