J’ai passé une grande partie de ma vie à fuir la réalité. Ça me sortait par les yeux de ”rentrer dans le rang”. Je ne voulais pas accepter les règles du jeu.

JE VOULAIS ÊTRE LIBRE

Ma priorité était focus sur la liberté plutôt que sur la sécurité (choisi ton camp). Ça fait que je préférais toucher le RSA et vivre avec quasi rien mais faire ce que je voulais tout le temps. Du coup, j’étais en roue libre en permanence rattaché à rien, totalement free. C’était trop bien mais bon dès qu’on s’engouffre dans un extrême, il y a un prix à payer. Sans m’en rendre compte, au fil des années et au gré de mes voyages mon insécurité est devenue de plus en plus grande. Je m’en rendais même pas compte parce que je voulais pas regarder la réalité #teamdénibonjour. Et puis, j’avais confiance en l’univers. Lol, Il a bon dos l’univers, je remettais tout mon pouvoir sur lui, histoire de surtout pas décider moi, de ce que je voulais vraiment.

Bref, t’as compris je prenais absolument aucune responsabilité.

Le pire c’est que j’avançais en me contentant de ce que j’avais (ben ouais j’avais eu l’habitude toute ma vie de vivre avec peu). La gratitude a été pour moi un piège car elle me maintenait dans du tiède. En fait, je m’autorisais à ”vouloir plus” uniquement quand j’avais plus du tout le choix ou que ma situation était vraiment inconfortable (et crois moi j’ai un seuil de tolérance assez élevé #fuerzaforever).

Bilan des courses : Je vivais totalement à coté de mes désirs.

Ouais, j’ai été très loin dans l’esquive de la réalité jusqu’à me déraciner gravement. Sans mentir, je me suis retrouvée collée au plafond car je préférais tout ce qui était hors de ce monde #angelteam plutôt que de planter mes deux pieds dans la réalité, reprendre mon pouvoir et donner une direction (celle que je choisis) à ma vie.  Résultat, j’ai faillit me griller le cerveau à faire turbiner mon mental à plein régime et à forcer sur ma force psychique en permanence. Bon, je suis taureau et un peu têtue sur les bords (et mon ego aussi) donc j’assume et puis j’ai eu besoin de cette grosse claque dans la figure (qui était en fait la deuxième) pour remettre en question tout mon mode de fonctionnement.

Après ce réveil forcé, j’étais aplatie comme une crêpe, épuisée de ouf et totalement ratatinée psychiquement. J’étais au niveau -10 et c’est à ce moment là (mieux vaut tard que jamais) que j’ai posé le choix ferme et irrévocable de m’enraciner dans ce monde. Alors, ça a pris du temps, c’était pas tous les jours facile, je suis passée par des chaos intérieurs bien veners #teamcotéobscuredelaforce mais j’ai posé et reposé ce choix jour après jour pendant des mois. Je me suis fait accompagnée aussi par des personnes qui ont rebranché leur puissance #teamfeusacré et qui me renvoyaient constamment à mes propres choix. C’était juste vital pour maintenir le cap.

En t’écrivant, je me prends la mesure de la puissance du choix parce qu’en un an, je suis passée de frustrée de la vie sans le sous à entrepreneuse qui kiffe grave son job et qui en vit. Bref, mes désirs ont pris forme pour de vrai dans la réalité. Day by day, je crée ma vie sur mesure (ben ouais ce qui est trop kiffant, c’est que ça sera toujours en cours de façonnage).

Voilà, tu sais maintenant pourquoi je t’accompagne à retrouver ton axe, à marcher dans tes baskets, à déterrer tes désirs profonds et à déployer ton ambition. Parce que ce sujet me touche tout particulièrement, parce que je sais ce que ça fait de se fourvoyer dans des fantasmes, je sais que c’est possible de renverser la vapeur et de reconfigurer ton système pour vivre une vie basée sur qui tu es. It’s real ! Moi qui était anti-réalité #teammondedemerde je découvre jour après jour qu’elle a bon goût et que je peux lui donner la forme que je veux #creativepowabonjouuuuur ! Où en es tu toi ? Elle a quel goût ta vie ? T’es plutôt du genre à subir ou à rugir de plaisir ? Dis-moi sans détour, ici ou en privé, ça m’intéresse, vraiment.

COMMENT J’AI ESQUIVÉ LA RÉALITÉ

Laisser un commentaire