Il y a quelques mois j’ai pris la décision d’être moi (rime pourrie je te l’accorde).
Ouais, j’en avais ras les fesses de m’adapter, de lisser mon discours pour qu’il passe mieux, pour qu’il ne fasse pas de vagues. Ouais, j’ai passé quelques années à faire gaffe à ce que je disais parce que les mots ”véhiculent une énergie”, ben ouais dans le monde spirituel et du dev-perso j’avais l’impression que je pouvais pas dire ”merde”, ”non”, ”ça m’saoule”, ”tu me fais chier” et tutti quanti. Bref, je me suis auto-censurée comme une grande pendant un paquet de temps. Je vois bien que ça partait d’une bonne intention. En vrai j’essayais d’être une bonne humaine, une meuf qui vibre haut, une nana parfaite. Nan mais imagine-toi la pression inconsciente que je faisais peser sur mes petites épaules comme une épée de Damocles.

Tout ça pour dire que c’était relou de ouf d’essayer de me conformer à un modèle extérieur.
Ça m’a saoulé d’essayer de faire plus ou moins comme ”ce qui se fait’ dans le game du féminin sacré. Ça m’a saoulé de me renier en fait, tout simplement. Alors je t’arrête tout de suite, je dis pas que faut pas faire attention à ce qu’on dit et je dis pas non plus que parler en mode bisounours et être de lumière c’est pas bien, ça peut être hypra cool à partir du moment où tu kiffes vraiment ça. Chacun son délire, c’est ça qu’est génial ! Juste pour moi l’idée c’est qu’on est tous putain d’unique et que si on se mets tous à parler comme des robots on risque vraiment de s’emmerder au bout du compte, non ? Bref, j’avais envie de te partager ça parce que j’observe en séance, des clients qui en sont à flipper de de fou de dire un mot de travers par peur de s’attirer les foudres de je ne sais quelle loi d’attraction toute puissante et ça me rends triste parce que c’est à se marcher sur la tête sérieux. Je le répète une dernière fois, t’es parfait.e comme t’es avec tes expressions chelous, tes silences, tes jurons, tes mantras bref avec tout ce qui fait que t’es toi. Alors ? Qu’est ce que t’attends pour te l’autoriser ?

ARRÊTE DE FAIRE AUTANT GAFFE À CE QUE TU DIS

Laisser un commentaire